Chris Ileo commente le 7e anniversaire d’ECCO

Le 28 mai dernier, Ensemble Changeons le Congo (ECCO) célébrait son 7e anniversaire.  Lors de sa création en 2014, ce parti s’était positionné dans l’opposition au régime de Joseph Kabila avec l’ambition de redonner à la République démocratique du Congo sa place dans le concert des nations. Depuis l’élection de Félix Tshisekedi, ECCO n’est plus dans l’opposition et soutient l’action politique du Président de la République.

Chris Ileo, Secrétaire Général du parti revient sur l’évènement.

Quel est votre état d’esprit après avoir totalisé 7 années d’existence ?

« Je suis particulièrement touché et heureux de constater que le parti est au meilleur de sa forme après 7 années d’existence. À ce stade, il est essentiel de rester concentré sur les objectifs à atteindre ainsi que sur l’implantation de notre cher parti »

Quelle est votre lecture sur l’évolution du parti depuis 2014 ?

« Comme tout parti politique, il a connu des moments forts et parfois de léthargies mais la vision du Président National est demeurée intacte. Après une profonde restructuration, les choses sont aujourd’hui au beau fixe et nous avançons considérablement »

Que pouvez-vous dire sur l’implantation d’ECCO au niveau national ?

« Ce que nous pouvons dire, c’est qu’après avoir lancé notre campagne « Aucune Avenue sans ECCO » à travers la République, nous avons engrangé un maximum d’adhésions. Aujourd’hui encore, nous poursuivons cette campagne à travers les grandes villes du pays où ECCO n’existait pas.

Vous l’aurez constaté, un travail remarquable de terrain est réalisé actuellement par nos équipes en province notamment et dans les coins les plus reculés du pays. Travail que nous allons capitaliser lors des prochaines échéances électorales »

Beaucoup de jeunes figurent dans vos organes de décisions, pourquoi ce choix ?

« Notre parti, sous le leadership de son Président National, Monsieur Adam Bombole, a choisi de faire la politique autrement, afin de ramener les valeurs aux affaires.

Par conséquent, les jeunes, qui ont longtemps été marginalisés dans d’autres partis politiques ou d’autres plateformes ont aujourd’hui une place de choix au sein d’Ensemble, Changeons le Congo. D’ailleurs, ils ont voix délibérative dans la prise de grandes décisions. Nous formons donc avec tous ces jeunes une équipe, d’où notre slogan : un leader, une vision, une équipe. »

Votre parti a lutté au sein de différentes plateformes d’opposition pour l’alternance. Celle-ci est acquise depuis le 24 janvier 2019, quel regard portez-vous sur le mandat du Président Félix Tshisekedi ?

« En effet, il n’est un secret pour personne que notre parti a œuvré dans l’opposition et a apporté une pierre non négligeable dans la lutte pour l’alternance dans ce pays, en partant du Rassemblement à Genval, en passant par toutes les plateformes auxquelles nous avons appartenu et avec lesquelles nous avons lutté, aujourd’hui, une chose est certaine, c’est que le candidat que nous avons soutenu en primeur, et sans condition d’ailleurs, est actuellement Chef de l’État et nous nous devons de l’accompagner jusqu’au bout.

Certes, il a fallu quelques réglages à l’entame de son mandat, avec tous les blocages qui ont fait perdre à la Nation de précieuses années. Cependant, j’estime que les jalons étant posés au travers de l’Union Sacrée, l’actuel mandat du Président aura assurément un bilan qui lui permettra d’en briguer un second.

Cela passe évidemment par le travail, auquel cas, on pourrait être désillusionné. Raison pour laquelle, il a mis en place l’actuel gouvernement dit des « warriors » qui a amorcé un travail de terrain et de fond. Nous en voyons déjà les résultats, avec notamment les réserves de changes qui ont pratiquement doublé.

Avec un peu de travail et de concentration, je pense que les résultats à impacts visibles seront palpables et le Président de la République pourra assurément obtenir son second mandat, et cela, avec le concours d’ECCO, bien évidemment. »

ECCO n’est pas représenté au sein du pouvoir législatif, selon vous, pourquoi les électeurs devraient faire confiance à votre parti lors des prochaines élections ?

« Vous savez, il y a un adage qui dit « tant va la cruche à l’eau qu’elle se brise ». Nos compatriotes ont cru en une classe politique qui les a abandonnés au profit d’intérêts individuels.

Il fallait donc s’en départir et donner à ce peuple autre chose que du vent, en l’occurrence, le savoir. Notre combat à ECCO est d’inverser justement ces choses.

Nos membres, à travers la vision impulsée par le Président National, sont et devront être de véritables acteurs de leur changement. Nous ne faisons pas la politique des dons, en nature ou en espèce, comme pour acheter des consciences. Nous contribuons au développement du capital humain et nous nous battons pour la formation gratuite de nos membres. 

Nous nous distinguons par la capacité d’anticipation impulsée par le Président Bombole et nous innovons par des propositions de réformes. La dernière en date a rencontré l’assentiment du Président de la République, ce dernier en a ordonné la mise en place, il s’agit de la création d’une agence de gestion des catastrophes naturelles.

Voilà comment nous réfléchissons avec tous les compatriotes désireux de le faire avec nous, dans le seul et unique but d’assurer le mieux-être du congolais parce que nous sommes convaincus qu’ensemble, nous pouvons changer le Congo »

Que pouvons-nous vous souhaiter pour la suite ?

« Tout simplement, le plein succès ! Nous faisons un travail d’intérêt national qui bénéficiera à toutes les couches sociales de notre population. Voilà pourquoi nous invitons toute la population congolaise à faire le bon choix, celui d’ECCO du Président Adam Bombole pour qu’ensemble, nous puissions changer notre pays »

Merci pour votre disponibilité

« C’est moi qui vous remercie »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page